jenesaispasquoilire

jenesaispasquoilire

Mon deuxième roman : "Le jour où j'ai passé l'arme à droite"

Après plusieurs semaines de travail de recopiage (j'écris toujours mes romans sur papier), de correction orthographique, de reformulation, de relectures, de mise en forme, de vérifications (nécessaires puisque, pour m'amuser, je m'impose parfois des contraintes d'écriture dont il faut que je m'assure qu'elles sont bien respectées), mon second roman sortira au début du mois de mai 2015.

 

Titre :

Le jour où j'ai passé l'arme à droite

 

Résumé :

Orphelin, Anton Buridan a passé sa jeunesse dans un foyer d'accueil où il s'isolait souvent dans la bibliothèque. Il a réussi sa scolarité et mène une carrière professionnelle brillante.

 

Anton Buridan est maintenant un homme de 46 ans. Il considère qu'à cet âge, il a vécu la moitié de sa vie.

Solitaire à l'esprit cartésien, il décide de casser sa routine en tentant des expériences insolites :

 

Il signe un contrat de self-kidnapping afin de se faire enlever par surprise dans l'année qui suivra cette signature. Deux jours plus tard, il aura déjà oublié cet engagement.

 

Il signe un contrat pour définir clairement le déroulement de ses funérailles. Il répète même son enterrement. La prestation est conforme à ses attentes mais la personnalité du gérant des pompes funèbres n'inspire pas confiance à Anton Buridan. Il se lance alors dans une farce grotesque en simulant sa mort pour s'assurer du respect de ses dernières volontés.

 

Mais Anton avait prévu une cérémonie funèbre en catimini.

Mais Anton ne maîtrise pas les éléments extérieurs.

Mais Anton a sous-estimé la gaucherie et l'amateurisme des employés des pompes funèbres.

 

De son côté, Allister Barnabul, jeune montpelliérain à la coupe mulet a trouvé du réconfort en achetant un parasol bleu sarcelle, une couleur qu'il adore.

 

 



01/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour